Le Groupe Nueva Pescanova lance à l’eau le navire congélateur « Ponta Matirre »
8 juillet, 2019
Astilleros Armon remet au Groupe Nueva Pescanova le bateau Lalandii 1, le premier de sa nouvelle flotte pour la Namibie
25 juillet, 2019

Des chercheurs de Pescanova réussissent fermer du cycle de reproduction du poulpe en aquaculture

Vigo, 18 juillet 2019.- Le Groupe Nueva Pescanova, avec siège en Galice, à réussis fermer le cycle de reproduction du poulpe en aquaculture après des décennies de recherches de la part de différents centres et compagnies du monde entier. La compagnie a non seulement réussi à amener à l’âge adulte le poulpe né en aquaculture, mais elle a également obtenu la reproduction du poulpe dans un environnement hors de son habitat naturel.

Plus précisément, l’équipe de chercheurs de Pescanova travaille à l’heure actuelle avec 50 poulpes nés en aquaculture en 2018, de la variété de poulpe commun (Octopus vulgaris). Cette espèce est la plus consommée en Espagne et est surtout produite dans l’océan Atlantique, la mer Méditerranée et dans la zone de Mauritanie. Cette recherche a été démarrée par le Centre Océanographique Espagnol (Instituto Español de Oceanografía IEO), qui a assuré la survie de jeunes exemplaires nés en aquaculture ; après avoir conclu un accord en exclusivité concernant le brevet, Pescanova a poursuivi ses recherches dans ses installations. Les poulpes, dont la moitié sont des femelles, ont atteint l’âge adulte et l’un d’eux a pondu des œufs, qu’il couvera pendant environ un mois jusqu’à leur éclosion et la naissance des poulpes.

D’après Ricardo Tur, Chercheur principal sur les céphalopodes de Pescanova, « le poulpe a besoin de conditions marines très spécifiques pour son développement, telles que la disponibilité d’aliments et des facteurs océanographiques optimaux liés à la température, la salinité, les courants océaniques et le bien-être de l’animal ». De fait, le taux de survie d’un poulpe sauvage est de 0,0001 %, tandis que, au vu des résultats obtenus par Pescanova jusqu’à présent, on estime que ce chiffre augmentera jusqu’à 50 % en aquaculture.

La compagnie souhaite continuer à explorer les options avec en ligne de mire une future commercialisation du poulpe pour répondre à la forte demande au niveau international des dernières années, ce qui a entraîné une baisse croissante de poulpe sauvage et, par conséquent, un problème de durabilité du milieu marin. Comme l’affirme le PDG de la compagnie, Ignacio González, « nous poursuivrons nos recherches pour continuer à améliorer le bien-être des poulpes, en étudiant et en reproduisant leur habitat naturel, et nous prévoyons de commencer la commercialisation du poulpe en aquaculture à partir de 2023 ».

Référence internationale en matière d’aquaculture

L’élevage de poulpes sera l’une des principales lignes d’études du Pescanova Biomarine Center, un des centres de R&D+i de référence internationale qui ouvrira ses portes à O Grove (Pontevedra, Espagne) en 2020, et dont l’équipe a déjà démarré son travail de recherche dans les installations de Nueva Pescanova à Chapela (Vigo, Espagne). Comme l’explique le directeur général du Pescanova Biomarine Center, David Chavarrías, « d’après la FAO, à l’heure actuelle 50 % du poisson consommé dans le monde est issu de l’aquaculture, et l’on prévoit que ce chiffre atteigne 66 % en 2030 ».

La compagnie mise fermement sur l’aquaculture en tant que méthode pour réduire la pression sur les lieux de pêche et garantir des ressources durables, sûres, saines et contrôlées en complément de la pêche. De fait, elle travaille depuis des décennies au développement efficace d’une pêche extractive durable et à l’élevage de différentes espèces, pour réduire ainsi l’impact sur l’environnement marin, et est l’un des principaux producteurs de turbot et de crevette vannamei dans le monde.

CURIOSITÉS

  • Le cycle de vie des poulpes est de 2-3 ans environ.
  • La femelle ayant pondu des œufs a été baptisée « Lourditas » par les chercheurs du projet qui plaisantaient en répétant souvent la phrase « les miracles, à Lourdes » pour faire part de leur scepticisme quant à la possibilité de fermer le cycle après les essais infructueux pendant des décennies de centres du monde entier.
  • Le « papa » des œufs qui écloront dans quelques semaines s’appelle « Goliath ».
  • Les principaux pays consommateurs de poulpe sont l’Espagne, l’Italie, la Grèce et le Japon, bien que sa demande augmente aussi aux États-Unis et dans d’autres pays où cette espèce gagne en popularité.

Contact

Tesa Díaz-Faes Santiago
Directora de Comunicación Grupo Nueva Pescanova
Tel. +34 610 53 36 50
Beatriz Zabala
Ketchum
Tel. +34 912 04 42 10 / +34 917 02 73 00